Origine et création de l’écu

Origine et création de l’écu

L’écu est une monnaie française créée au Moyen Âge et qui fut utilisée jusqu’à l’époque moderne. En France, la monnaie apparaît en 1263 suite à une réforme monétaire du roi Louis IX. À l’origine les monnaies étaient frappées en or, puis en argent. Elles étaient ornées d’un motif qui représente les armes du royaume de France.

L'écu d'or et d'argent

En 1263, le roi Louis IX décrète une réforme monétaire visant à unifier les monnaies du royaume. Il crée alors une monnaie: il s’agit d’un « denier d’or à l’écu » dont nom a été abrégé par la suite en « écu ». Pour la première fois depuis plus de 250 ans, l’or est le métal utilisé pour frapper les pièces de monnaies. 

Le roi de France Louis IX (1214-1270)

La reprise de la frappe de l’or s’explique par différents facteurs: le renouveau des échanges commerciaux et l’afflux du métal en Europe suite aux croisades, ainsi que la volonté des souverains de France d’affirmer la supériorité de la couronne française. La monnaie royale devait surpasser les monnaies féodales.

En 1580, le roi Henri III fait frapper une pièce en argent appelée « quart d'écu d’argent ». Ces frappes durèrent jusque sous le règne de Louis XIV.

La teneur en métal précieux de l’écu n’a cessé de varier au cours de l’histoire car la quantité de métal précieux présent dans les pièces était définie par le roi.

L’écu de France représentait initialement une couronne ou un heaume, avec différents motifs; fleur de lys, moucheture d’hermine sur les pièces bretonne, le porc-épic de Louis XII, la salamandre de François Ier, le croissant d’Henri II), attributs de la royauté (sceptre et main de justice à partir du règne de Louis XIV)

La monnaie eut un succès énorme et à de ce fait été reprise et modifiée au cours des années. L’écu en or a continué à être frappé sous les différents rois de France de Philippe VI jusque Louis XIII, ainsi que par de nombreux seigneurs français ou étrangers; Edouard III, Gaston de Foix, Henri d’Albret, Philippe le Hardi, Philippe le Bon, les évêques de Cambrai, les papes d’Avignon… L’écu a su traverser les époques et est ainsi devenu la monnaie en or française la plus courante jusqu’au XVIIe siècle. 

sources: wikipedia.fr universalis.fr

Découvrez aussi:

Un trésor découvert dans une maison du Jura

Un trésor découvert dans une maison du Jura

Quelques mois après la découverte d’un trésor dans une maison de la ville de Morez dans le Jura, la commune à trouvé un deuxième trésor de monnaies dans la même demeure.

Le butin à été découvert le 14 avril dernier, dans la « maison Jobez » située au 123 rue de la république dans la ville de Jobez. La demeure appartient à la commune et le trésor aurait été trouvé dans un coffre-fort caché au fond d’un placard.

À l’intérieur: près de 480 pièces de 20 francs or, 50 pièces de 10 francs or ainsi qu’une pièce  de 100 francs or ont été découvertes dans une pochette. Le montant du butin s’élèverait à plus de 150 000 euros.

"On va pouvoir flécher des dépenses particulières et marquer le coup avec cet argent qui nous tombe presque du ciel. On a des petites idées, on est en train de travailler le sujet", à déclaré Laurent Petit, le maire de Morez-Hauts de Bienne, lors d’une interview France Bleu

Le premier trésor découvert dans une maison de Morez en 2020 (source: France Info)

Les équipes municipales avaient déjà découvert, au printemps 2020, des pots de confiture dans lesquels étaient entreposés 5 lingots d’or ainsi que plus de 1 000 pièces de 20 francs en or. La trouvaille avait été estimée à 500 000€.

L’ancien propriétaire de la maison affirme être passé à côté de ces deux trésors, il en avait entendu parler mais ne les a jamais trouvés et était persuadé qu’ils avaient disparus.

sources: actu.fr capital.fr franceinfo.fr

Découvrez aussi:

La Monnaie de Paris dévoile la collection de pièces « JO Paris 2024 »

La Monnaie de Paris dévoile la collection de pièces « JO Paris 2024 »

Le 21 septembre dernier, la Monnaie de Paris a dévoilé les pièces de monnaies frappées en l’honneur des Jeux Olympiques qui se dérouleront à Paris en 2024. Pour la première fois depuis longtemps, l’univers du sport et ses valeurs seront représentés au travers d’une collection de monnaies et de médaillons.

La collection JO Paris 2024 comprend deux pièces de formes hexagonale, une pièce de 2€ et un médaillon. Découvrez les différentes créations de la Monnaie de Paris.

Les monnaies hexagonales (or et argent)

La Monnaie de Paris lance deux pièces de monnaie de forme hexagonale à l’effigie des JO de 2024. La face de ces monnaies représente Marianne en pleine course avec la tour Eiffel en arrière plan, l’un des plus grands symboles de la France. 

Il existe deux versions de cette pièce, une en argent à la valeur faciale de 10 euros (tirée à 100 000 exemplaires) et une seconde en or, à la valeur faciale de 250 euros (tirée à 15 000 exemplaires). 

La pièce de 2€ commémorative

La plus ancienne institution française a dévoilé d’autres pièces de la collection Paris 2024 comme des pièces de deux euros. Le motif des pièces représentera, lui aussi, Marianne en pleine course. 

Il existe deux versions de la pièce; une pièce de 2€ Paris 2024 version brillant universel (tirée à 100 000 exemplaires renouvelables) et une pièce de 2€ Paris 2024 version belle épreuve (tirée à 10 000 exemplaires)

Le médaillon Paris 2024

La Monnaie de Paris à également dévoilé l’émission d’un médaillon colorisé représentant l’emblème des Jeux Olympiques de Paris 2024. Les médaillons seront disponibles au prix de 9,50€ et seront tirés à 50 000 exemplaires pour la version olympique et 15 000 exemplaire pour la version paralympique.

La passation des Jeux Olympiques entre Tokyo et Paris

Une collection a également été conçue afin de célébrer la passation des Jeux Olympiques entre Tokyo et Paris. 

sources: numismag.com actu.fr

Découvrez aussi:
Philippines: les nouveaux billets sont adaptés aux personnes malvoyantes

Philippines: les nouveaux billets sont adaptés aux personnes malvoyantes

La Bangko Sentral ng Pilipinas (BSP) a amélioré les billets de banque du pays pour les rendre « plus sensibles aux besoins des personnes âgées et des malvoyants »

La BSP a annoncé le 29 juillet dernier que la prochaine série de billets de pesos philippins sera améliorée afin d’aider les personnes âgées et les personnes malvoyantes à distinguer les différentes dénominations. Cette modification concerne les billets de la nouvelle génération de 50, 100, 200, 500 et 1 000 Pesos qui seront désormais mis à niveau.

Les billets de la nouvelle génération des billets NGC de 50, 100, 200, 500 et 1 000 pesos philippins (source: bsp.gov.ph)

De ce fait, des lignes courtes et en relief ont été ajoutées sur le côté droit des billets suivants :

  • Billet de P50 - 1 paire de lignes
  • Billet de P100 - 2 paires de lignes
  • Billet de P200 - 3 paires de lignes 
  • Billet de P500 - 4 paires de lignes
  • Billet de P1,000 - 5 paires de lignes

« Ces changements visent à aider les personnes âgées et les malvoyants à identifier les billets de banque et de distinguer les différentes dénomination », a déclaré la BSP.

De plus, les billets P500 et P1,000 sont désormais plus difficiles à contrefaire en raison de l’ajout de nouvelles caractéristiques de sécurité.

Les billets de banques NGC déjà existants conserveront leur cours légal, et pourront être utilisés de la même façon que les billets améliorés.

sources: mriguide.com bsp.gov.ph

Découvrez aussi:
La monnaie en or Double Eagle devient la plus chère du monde

La monnaie en or Double Eagle devient la plus chère du monde

Cette année, lors d’une vente aux enchères organisée par Sotheby's à New York, une pièce faisant partie de la dernière série de monnaies en or américaines «Double Eagle» a été vendue à plus de 18,9 millions de dollars, devenant ainsi la pièce la plus chère du monde. 

La monnaie en or, frappée par la Monnaie des États-Unis en 1933, à récemment détrôné le record anciennement détenu par le dollar en argent «Flowing Hair», frappé en 1794 et vendu à plus de 10 millions de dollars en 2013.

La pièce Double Eagle possède une dénomination de 20 $ et est composée à 90 % d’or et à 10 % de cuivre. D’un côté, elle représente une femme incarnant la liberté et d’un autre, un aigle en vol. Les motifs ont été réalisés par le sculpteur américain Augustus Saint-Gaudens.

À l’origine l’exemplaire avait été acquis par un acheteur britannique en 1995. Après plusieurs années de bataille judiciaire, il a été autorisé à le revendre en 2002 pour la somme de 7,9 millions de dollars à son propriétaire actuel, le designer américain Stuart Weitzman. À l'issue de la vente, un certificat de monétisation à été délivré au propriétaire faisant de l'objet une pièce de monnaie américaine officielle. 

La monnaie s’est vendue lors d’une vente aux enchères à New York pour plus de 18,9 millions de dollars à un acquéreur qui souhaite rester anonyme. L’exemplaire est connu comme étant le seul Double Eagle de 1933 légalement possédé par quelqu’un à ce jour.

En effet, cette pièce n’a jamais été mise en circulation. En 1933, la Grande dépression a provoqué une sévère pénurie d’or aux États-Unis. Le président des États-Unis Franklin D. Roosevelt à décidé d’arrêter de produire des monnaies en or et à décrété la détention d’or illégale pour les citoyens américains, leur ordonnant ainsi de restituer pièces, lingots et certificats d’or aux banques fédérales de réserve. Tout refus de restituer son or entraînait une amende de 10 000 $ et 10 ans de prison. Ces mesures exceptionnelles visaient à empêcher le grand public de stocker de l’or physique.

La pièce Double Eagle de 1933 n’a donc jamais été accessible au grand public bien que plusieurs exemplaires volés au gouvernement sont apparus sur le marché des collectionneurs au fil des années, avant d’être retrouvés et saisis par les services secrets américains. 

La monnaie en or Double Eagle de 1933 est de ce fait, unique en son genre et détentrice du nouveau record de la pièce la plus chère du monde.

sources: wikipedia.org capital.fr

Découvrez aussi: