Actualités

La Fiscalité de l’argent en France en 2020

L’achat d’argent physique ou papier n’est assujetti à aucune taxe en France en 2020. Par contre, la vente d’argent physique est soumise à une taxe forfaitaire de 11,5 %, ou à une taxe sur les plus-values de 36,2 % selon votre choix. La vente d’argent papier est quant à elle taxée à 30 % sur la plus-value réalisée.

La fiscalité à l’achat l’argent 

Achat d’argent physique

L’achat de lingots d’argent ou de pièces frappées après l’an 1800 n’est pas assujetti à la taxe sur valeur ajoutée (TVA). 

Par contre, Les pièces frappées avant 1800 sont considérées comme des objets de collection. Par conséquent, leur achat entraîne une taxation à 20%.

Il y a en outre une TVA qui s’applique sur les pièces d’argent frappées après 1800 et ayant une prime de plus 80 %. La prime est ce qui différencie la valeur de la pièce, de son équivalent en argent pur.

Achat d’argent papier

Tout comme l’or papier, on parle d’argent papier pour désigner un contrat négociable en bourse. Ce type de contrat est dérivé du cours du métal précieux. Il s’agit en fait de produits dérivés de l’argent en tant que matière première : contrat à terme, options, ETF, etc. 

Il n’y a pas de TVA sur l’achat de contrats sur l’argent. Cependant, il est important de noter que l’achat d’argent papier auprès des courtiers engendre des frais. On peut noter les frais de souscription à certains contrats, ainsi que les frais de gestions

Fiscalité sur la revente d’argent

À la cession de votre argent physique ou papier, des taxes s’appliquent à la transaction, selon la plus-value réalisée ou non.

Vente d’argent physique

Il y a deux cas de taxation lors de la vente d’argent physique et le vendeur a le choix entre : une taxe forfaitaire ou une taxe sur la plus-value.

Taxe sur la plus-value à la revente d’argent physique

Ce cas de figure est soumis à certaines conditions.

  • Vous devez présenter un justificatif de la date d’achat de vos pièces d’argent.
  • Les pièces ou lingots que vous vendez doivent être les mêmes que ceux que vous aviez achetés.
  • Vous devez en être le propriétaire.

La taxe sur la vente d’argent physique sans plus-value est nulle. Si vous avez réalisé un bénéfice au moment de la revente, la taxe sur les plus-values s’élève à 36,2 %. Cette taxe peut être décomposée comme suit. 

  • 19 % d’impôt sur les bénéfices.
  • 17,2 % de prélèvements sociaux.

Avec le régime de la plus-value, vous pouvez bénéficier d’une décote de 5 % par an sur les bénéfices imposables, à condition que vous gardiez vos métaux pendant plus de 3 ans. Au bout de 22 ans, la revente de vos pièces ou lingots d’argent est exonérée d’impôt.

Taxe forfaitaire

La taxe forfaitaire sur la vente d’argent s’élève à 11,5 %. Ce taux peut être décomposé comme suit.

  • Une taxe sur les métaux précieux (TMP) de 11 %.
  • Une contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS) de 0,5 %.

L’option de la taxation forfaitaire est plus avantageuse en cas d’importantes plus-values réalisées lors de la revente.

Fiscalité de la revente d’argent papier

Comme pour les valeurs mobilières, la vente d’argent papier et assujettie au prélèvement forfaitaire unique (PFU) qui est de 30 %.

Vous pouvez être également taxé au titre de l’impôt sur le revenu (IR). Dans ce cas vos plus-values sont imposées au taux marginal d’imposition (TMI) et les prélèvements sociaux sont de 17,2 %.

Impôt sur la détention d’argent

Le fait de garder des pièces ou lingots d’argent n’entraîne plus de paiement de taxes. En effet, depuis l’entrée en vigueur de la loi de finances le 1er janvier 2018, l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) a été remplacé par l’impôt sur la fortune immobilière (IFI). Ce dernier facilite l’investissement sur l’argent, car ce n’est qu’à la revente que vous payez une éventuelle taxe.

Nos conseils pour acheter l’argent 

Faut-il acheter l’argent physique ou papier ?

Le prix de l’once d’argent a grimpé de plus de 18 % en 2019.

L’investissement dans l’argent physique convient aux investisseurs qui veulent diversifier leur portefeuille, ou qui veulent tirer parti du cours de l’argent. C’est un investissement à long terme.

L’argent papier représente un placement plus spéculatif et convient aux investisseurs qui veulent spéculer à court terme sur ce marché, ou qui utilisent des stratégies de couverture

Le principal avantage de l’argent papier réside dans le fait que l’investisseur peut rapidement souscrire un contrat en ligne, en guise de couverture de ses investissements.

Conclusion

L’investissement dans l’argent, sous forme physique ou papier, est aujourd’hui facilité par l’absence de taxe à l’achat et d’impôt sur sa détention. Vous vous acquitterez de vos taxes seulement à la revente, lorsque vous réaliserez des plus-values.

Fiscalité de l’or en France en 2020 – Ce qu’il faut savoir

L’achat d’or n’est assujetti à aucune taxe. Tandis que la vente d’or physique est soumise à une taxation forfaitaire de 11,5 %, ou à une taxation sur les plus-values de 36,2 % au maximum. Concernant l’or papier, la taxation est de 30 % sur la plus-value réalisée.

L’or fait l’objet de convoitise lorsque l’incertitude s’installe sur les marchés financiers et que les investisseurs cherchent à protéger leur portefeuille. En plus de ses qualités de valeur refuge, l’or est un bon instrument de diversification.

Il y a différents moyens d’acheter ou de vendre l’or, qui peuvent être catégorisés en 2 types : les transactions d’or physique, ainsi que les transactions d’or papier.

Le prix de l’once d’or a grimpé de plus de 24 % en 2019

La fiscalité de l’or 

Achat d’or physique

Si vous achetez des pièces d’or frappées après 1800, ou des lingots, votre achat est exempt du paiement de la TVA. Par conte, les pièces d’or frappées avant 1800 sont considérées comme de l’or de collection et ne sont pas des moyens de paiement légaux. La taxe sur ces pièces est de 20 % à l’achat. 

Il est important de noter qu’il y a bien une TVA sur les pièces d’or frappées après 1800, dont la prime est supérieure à 80 %. On appelle prime la différence de prix entre la pièce et l’équivalent de son poids uniquement en or.

Achat d’or papier

On appelle or papier de l’or acheté sous forme de contrat négocié en bourse. Les instruments financiers suivants sont des exemples d’or papier.

  • Tracker (ETF)
  • Action de société aurifère
  • Certificat
  • Contrat à terme sur l’or

Aucune taxe ne s’applique lors de l’achat d’or papier. Cependant, l’achat d’or papier nécessite, dans la plupart des cas, de passer par un courtier. Celui-ci va prélever des frais de courtage. Il faudra aussi prendre en compte les frais de souscription de certains contrats ainsi que les frais de gestion comme dans le cas des ETF.

Fiscalité sur la revente d’or

Une taxe s’applique à la vente d’or selon que vous avez réalisé une plus-value ou non.

Vente d’or physique

Le vendeur a le choix entre deux modes de taxation sur l’or : la taxe forfaitaire ou la taxe sur la plus-value.

Taxe sur la plus-value à la revente d’or physique

Le régime de la plus-value s’applique dans les cas suivants : 

  • Vous êtes en mesure de fournir une facture indiquant la date d’achat de vos pièces ou lingots.
  • Vous vendez les mêmes pièces que vous aviez vous-même achetées

Le régime de la plus-value a l’avantage d’avoir un impôt nul, si vous n’avez pas dégagé de plus-value lors de la revente. Par contre, si vous avez fait un bénéfice, la taxe est de 36,2 %, dont 19 % d’impôt sur les bénéfices et 17,2 % de prélèvements sociaux.

Notons que le vendeur bénéficie d’un abattement de 5 % par an sur son bénéfice imposable, après trois ans de détention. Il ne paiera aucun impôt après 22 ans de détention de ses pièces ou lingots d’or.

Taxe forfaitaire

Avec le régime forfaitaire, vous vous acquitterez de la taxe sur les métaux précieux (TMP), qui s’élève à 11 %, ainsi que d’une contribution pour le remboursement de la dette sociale (CRDS) de 0,5 %. Ce qui porte cette taxation à 11,5 % du prix de cession.

Le régime forfaitaire s’avère plus avantageux si vous avez réalisé d’importantes plus-values grâce à vos pièces ou lingots d’or.

Fiscalité de la revente d’or papier

La revente de contrat d’or papier entraîne le paiement du prélèvement forfaitaire unique (PFU), à l’instar des actions. Celui-ci s’élève à 30 %.

Vous pouvez néanmoins opter pour la taxation de l’impôt sur le revenu (IR). Dans ce cas, vos plus-values sont imposées au taux marginal d’imposition du contribuable (TMI). La durée de détention des titres entre aussi en jeu. Vous réglerez également les prélèvements sociaux de 17,2 %. 

Impôt sur la détention d’or

Il n’existe plus de taxe sur la détention d’or, et ce depuis la loi de finances entrée en vigueur le 1er janvier 2018. Cela a entraîné la disparition de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF). L’impôt sur la fortune immobilière (IFI) remplace l’ISF et favorise l’achat d’or, puisque c’est seulement à la revente qu’il y a une éventuelle taxe.

Nos conseils pour acheter l’or

Comme vous le savez déjà, vous pouvez acheter l’or physique ou l’or papier. Le choix du type d’or que vous voulez acheter dépend de vos besoins. 

Si vous êtes numismate, un site spécialisé dans la vente de pièces de collection vous conviendra. L’or physique peut aussi être acheté, auprès d’entreprises d’investissement ou de courtiers spécialisés, en guise de diversification de portefeuille.

L’achat d’or papier convient plus aux investisseurs qui veulent spéculer sur les fluctuations à court et moyen terme du cours de l’or. Les investisseurs tirent parti de la liquidité des contrats, pour mener des opérations à court terme.

Conclusion

Qu’il soit physique ou papier, l’achat d’or est exempté de taxes. La revente du métal jaune est imposée sur les plus-values réalisées, ou selon le montant de la vente. S’agissant de l’or papier, la vente est taxée uniquement sur la plus-value.

Qu’est-ce que le Libra ?

Le Libra une Simple Crypto-monnaie ?

Facebook maintient que le Libra est un « moyen de paiement mondial et une structure financière ». Plus simplement, il s’agit d’une cryptomonnaie annoncée par Facebook le 18 juin 2019. Le Libra repose sur une Blockchain, à l’instar du Bitcoin et d’autres cryptomonnaies.

Il est important de noter que le Libra n’est pas encore lancé concrètement, il n’a pas encore d’utilisateurs.

L’objectif de Facebook avec cette cryptomonnaie est de fournir une solution de paiement pour des milliards de personnes. Le Libra vise particulièrement les utilisateurs de réseaux sociaux du groupe (Whatsapp, Facebook, Instagram) qui résident dans les pays en développement. Ceux-ci sont souvent peu bancarisés et ne peuvent pas accéder aux services bancaires et financiers.

Avec Libra, un utilisateur de Facebook pourrait par exemple envoyer de l’argent à un autre utilisateur sans intermédiaire, de façon décentralisée. Ils pourront en outre faire des achats de produits sur les réseaux sociaux avec Libra.

L’Association Libra

Mark Zuckerberg, le PDG de Facebook, n’est pas le seul acteur de Libra. Il s’agit en fait d’une association dont d’autres compagnies telles qu’Uber, Mastercard, Visa, PayPal et Spotify participent. Certaines sociétés de paiement se sont quand même retirées du projet à la suite de soulèvement de questions liées à la régulation, de la part des autorités américaines.

L’or, une valeur refuge dans les moments d’incertitude

L’or a longtemps été utilisé comme monnaie d’échange et un étalon pour des monnaies fiduciaires comme le dollar. Ce n’est qu’en 2000 que la Suisse devenait le dernier pays à mettre fin officiellement à l’étalon-or

Ce métal précieux a su néanmoins garder son importance dans l’économie moderne dans la mesure où l’or préserve sa valeur ainsi que la richesse malgré les diverses crises financières et géopolitiques que le monde a connues. 

Il existe différentes façons d’acheter l’or. En plus des méthodes traditionnelles qui consistent à acquérir des lingots ou des pièces d’or, des instruments sophistiqués tels que les ETF permettent aujourd’hui d’investir plus rapidement dans l’or par des courtiers en ligne. Les investisseurs peuvent en outre acheter les actions de sociétés minières dont la valeur est corrélée aux fluctuations de l’or.

L’or préserve sa valeur

Pour mieux comprendre en quoi l’or représente une valeur sûre, prenons un exemple concret. Au début de l’année 2000, supposons que vous ayez le choix entre posséder une once d’or ou son équivalent en euros, soit 300 €. À l’époque, les deux biens avaient le même pouvoir d’achat.

Au bout de 20 ans, si vous aviez opté pour conserver l’once d’or, celle-ci vaudrait aujourd’hui 1388 €, soit une appréciation de plus de 360 %. Mais on ne peut pas en dire autant si vous aviez décidé de conserver la somme de 300 €. Cette somme aurait perdu près de 32 % de sa valeur après 20 ans à cause de l’inflation.  

Évolution du cours de l’once d’or depuis 2000.

L’inflation réduit le pouvoir d’achat de chaque unité de monnaie, ce qui a pour conséquence l’augmentation des biens et services à long terme. 

L’investissement dans l’or est d’autant plus pertinent que le métal précieux s’apprécie en général lorsque le dollar américain (monnaie en laquelle l’or est souvent exprimé) perd de sa valeur et que l’inflation augmente. En effet, les gros investisseurs qui veulent acquérir l’or doivent, dans la plupart des cas, céder leurs dollars ; cela contribue à la baisse du dollar. 

Corrélation négative entre l’or et l’indice du dollar.

En outre, une baisse du dollar rend l’or relativement moins cher pour ceux qui ont d’autres monnaies, ce qui a pour conséquence d’augmenter la demande en or. Le métal jaune est ainsi pour les investisseurs un instrument de placement efficace qui protège contre la baisse de valeur des monnaies fiduciaires émises par les gouvernements.

La valeur refuge par excellence

Les tensions politico-économiques sont aujourd’hui un facteur important qui peut affecter les marchés financiers et donc les investisseurs. Que cela soit au Moyen-Orient, en Afrique ou encore dans les grandes économies, notamment avec le Brexit ou la guerre commerciale sino-américaine, les investisseurs sont toujours exposés. Les événements passés ont d’ailleurs montré qu’un simple tweet peut faire chuter les indices boursiers.

En 2019, l’or s’est encore illustré comme étant la valeur refuge par excellence. Au summum des tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine, le CAC 40 avait chuté de 5 % en 2 séances avec l’annonce de nouveaux tarifs douaniers par Donald Trump le 1er août. Au même moment, l’once d’or s’est appréciée d’environ 1,5 %, puis gagne près de 4 %, les jours qui ont suivi.

Les investisseurs réduisaient ainsi leurs expositions sur des instruments volatiles tels que les actions et achetaient plus d’or. Le prix de l’once d’or s’est par la suite stabilisé durant l’automne lorsqu’il y a eu un apaisement dans les relations commerciales et que les marchés ont repris leur tendance haussière.

La situation la plus illustrative de la qualité de valeur refuge de l’or survient à la fin de l’année 2019 et au début de 2020. Pendant cette période, l’once va marquer ses plus hauts prix annuels. 

Les récentes tensions entre les États-Unis et l’Iran ont entraîné de nouvelles craintes sur les marchés. Bien que les indices boursiers n’aient pas considérablement baissé, le prix de l’once d’or a considérablement évolué. Le métal précieux a atteint ses plus hauts niveaux depuis près de 7 ans, à environ 1580 $.

À la découverte des cryptomonnaies

Des centaines de cryptomonnaies ont vu jour lors de la dernière décennie notamment au moment de la bulle de ce marché en 2017. Ces monnaies virtuelles ont au début attiré la convoitise des geeks. Mais le grand public découvre de plus en plus ces méthodes de paiement alternatives que beaucoup pensent qu’elles seront les moyens de paiement de demain.

Que sont les cryptomonnaies ? Découvrons ces nouvelles devises virtuelles qui s’imposent peu à peu dans les sphères économique et financière.

Que sont les cryptomonnaies ?

La façon la plus simple de décrire les cryptomonnaies est de les comparer aux monnaies fiduciaires émises par les États. Ces monnaies fiduciaires telles que le dollar, l’euro et le yen dépendent de l’offre et de la demande du marché. Une institution étatique, comme une banque centrale, les régulent. 

Les monnaies des grandes économies sont relativement stables, mais on ne peut pas en dire autant pour les monnaies des pays en développement. En effet, sous la pression de sanctions économiques, notamment des États-Unis, la monnaie d’un pays peut perdre sa valeur assez rapidement. On peut citer l’exemple du bolivar vénézuélien et du rial iranien.

Les cryptomonnaies, pour la plupart d’entre elles, ne sont ni émises par un État ni contrôlées par une banque centrale. Elles sont créées à travers des processus de vérifications informatisées complexes. Les cryptomonnaies reposent sur des bases de données décentralisées appelées Blockchains. Il est important de noter que les cryptomonnaies n’existent que sous forme numérique.

La mise à jour d’une Blockchain nécessite l’approbation de la majorité des participants de son réseau. On parle de consensus. Ces participants ne sont rien d’autre que des ordinateurs possédant une copie de la Blockchain. 

La Blockchain

La Blockchain est l’invention de Satoshi Nakamoto, une mystérieuse personne ou un groupe de personnes dont l’identité n’est toujours pas dévoilée. Le but de Satoshi Nakamoto était de créer un système de paiement électronique P2P (pair-à-pair). Ce système facilite le transfert d’argent sans l’intervention de parties tierces telles que les banques ou les services financiers.

Source : businessdecision.com

En 2009, Satoshi lança en tant que logiciel open source la première Blockchain qui porte le nom de Bitcoin. La cryptomonnaie du réseau porte aussi le même nom. C’est aujourd’hui la monnaie virtuelle la plus populaire en monde avec près de 10 millions de transactions par mois sur sa Blockchain. 

Nombre de transactions de bitcoins par mois. Source : Wikipédia

D’autres cryptomonnaies ont vu jour par la suite avec des Blockchains de plus en plus sophistiquées. Elles proposent en outre de nombreuses autres fonctionnalités en plus du transfert de cryptomonnaies.

Que valent les cryptomonnaies ?

Comme pour les monnaies fiduciaires, les cryptomonnaies sont aussi régies par la loi de l’offre et la demande. Au lancement du bitcoin, la cryptomonnaie ne valait rien. Au fur et à mesure que sa blockchain gagne de nouveaux utilisateurs et que les internautes acquièrent des bitcoins, la première cryptomonnaie a vu sa valeur grimper en flèche atteignant ses plus hauts prix en 2017 à près de 20 000 $ le Bitcoin, c’était lors de la bulle du marché. 

Les adeptes de cryptomonnaies acquièrent ces devises pour acheter des produits et services en ligne ou simplement pour spéculer sur leur prix. 

Les cryptomonnaies en temps que monnaies d’échange

On comprend ainsi que le but principal des cryptomonnaies est de donner une solution alternative de paiement P2P en éliminant tout intermédiaire. Cela a plusieurs avantages par rapport à l’utilisation des moyens de paiement traditionnels : 

  • Un règlement plus rapide par rapport au virement bancaire : pour les entreprises, c’est un avantage considérable. Le transfert bancaire peut prendre plusieurs jours. Tandis que pour le bitcoin, la transaction est confirmée au bout de 10 minutes dans les conditions normales. Certaines Blockchains, comme celle de Stellar Lumens, confirment une transaction en quelques secondes.
  • Frais de transactions réduits : l’absence d’intermédiaires permet de minimiser le coût du transfert.
  • Vie privée : certaines Blockchains telles que Monero permettent de faire des transactions sans divulguer son identité. 

Le fonctionnement interne de la Blockchain peut paraître assez complexe pour l’utilisateur moyen. Cependant, les fintechs développent des applications simples d’utilisation qui permettent au grand public d’adopter les monnaies virtuelles.